Nous étions le 27 janvier 2010. « Il y a un an, je suis entré en fonction au beau milieu de deux guerres, d’une économie secouée par une récession sévère, un système financier au bord de la faillite, et un gouvernement profondément endetté. Des experts appartenant à tout le spectre politique avertissaient que si nous n’agissions pas, nous aurions à faire face à une seconde dépression. Aussi avons-nous agi, immédiatement, avec agressivité » (1). Barack Obama prononçait son discours sur l’état de l’Union, dans un contexte difficile de crise financière, de ralentissement du commerce mondial – menacé par une montée des mesures protectionnistes et l’augmentation spectaculaire du chômage. C’est pourquoi « nous devons exporter plus de nos produits. Parce que plus nous exporterons vers…