« Imagine-t-on des multinationales traîner en justice les gouvernements dont l’orientation politique aurait pour effet d’amoindrir leurs profits ? ». Difficile à concevoir ? Pourtant, « ce scénario ne date pas d’hier. Il figurait déjà en toutes lettres dans le projet d’accord multilatéral sur l’investissement (AMI) négocié secrètement entre 1995 et 1997 par les vingt-neuf Etats membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ». A l’époque, continue Lori M. Wallach pour le Monde Diplomatique de novembre (1), la copie de l’accord « divulguée in extremis » par la presse – et par ledit journal, « souleva une vague de protestations sans précédent, contraignant ses promoteurs à la remiser ».